Temps troubles, dépression. angoisse et anxiété

En ces temps de « covid » où la peur fait foi, il est difficile de ne pas être déstabilisé. Dépression, anxiété, angoisse sont le tiercé gagnant !

Chacun subit une pression à son niveau mais chacun fait aussi au mieux pour trouver les outils lui permettant de rester zen et centré.

Pour ma part, la méditation est la pratique indispensable qui contribue à  mon équilibre.

Je médite depuis une dizaine d’année, suite à un processus instinctif qui s’est entrepris après un éveil spirituel, un moment de grâce dirons-nous.

Commencer à méditer

C’est d’abord sur deux coussins, à cinquante centimètre de haut, les genoux rouillés que je me suis mis à pratiquer. Une bougie, un livre sur les principes de bases, rien de plus. Sans rien chercher, sauf un moment de silence, le calme de l’esprit, une pause.

Ce processus s’est fait naturellement. Mes méditation durait en général dix minutes, voire vingt pour les jours où mes rotules tenaient le coup.

Bien que la routine se soit souvent fragmentée ( voyages, travail, stress..), tôt ou tard le désir de revenir à l’intérieur s’est toujours fait sentir plus fort.

Mais c’est l’année 2020 qui a révélé plus que jamais un fort besoin de méditer. Les minutes sont devenues des heures et la méditation, indispensable.

Méditer pour sortir du stress et de la déprime

Face à la dose de stress extrême durant la période citée plus haut, mon mental n’a pas trouvé mieux que de créer angoisses et dépressions.

Comme pour beaucoup bien sûr, chacun trouvant son « thème » particulier pour déprimer: faillite, perte d’emploi, insécurité, peurs, hystérie, mensonges, complots etc. Quand le mental s’active, rien de l’arrête !

Celui-ci aime se nourrir des tourments, du drame. Il projète toujours un avenir incertain, particulièrement négatif, bien que de belles fantasies soient aussi parfois possibles (mais pas plus utiles).

Et tout le monde est victime de ses pensée, les plus grands méditants aussi. D’ailleurs le bouddhisme parle souvent de « maintenir la vigilance » jusqu’au dernier souffle. Rester vigilant oui, c’est le mot.

Car si l’on ne fait rien, ce singe fou (le mental), peut nous faire faire les pires atrocités. Le suicide en est un exemple. Un non sens point de vue logique, la peur de mourir aboutissant à s’enlever la vie soi-même !

Mais qui meurt ? Voilà la question. 

Méditation ou Depression, il faut choisir

Dépression et suicide ne sont que des réponses à un mental qui cherche à avoir raison, à maintenir le status quo.

Quand on accepte, on se met à vivre. Alors une paix sereine s’installe.

Voilà comment la méditation agit. En lâchant le mental, les pensées se calment et la dépression disparait.

Certains diront que « c’est difficile de ne penser à rien ». Faux concept. 

D’abord parce qu’il ne s’agit pas de « contrôler les pensées », ensuite parce que la souffrance liée aux angoisses dépassent de loin la difficulté à « lâcher-prise ». Enfin, peut-être pas au début, mais à partir d’un certain seuil.

 Personnellement,  méditer me semble aujourd’hui beaucoup plus facile que de penser, qui me lui me fatigue.

Méditation anti-déprime

La dépression est un sujet long à développer, chose que je ne ferai pas ici. Le point de cet article est seulement de préciser que la méditation est une solution long terme, accessible et reconnue comme efficace. Voilà pourquoi je termine ici en allant droit au but avec une séquence simple que chacun pourra expérimenter:

  1. Créez un espace calme et ressourçant au sein de votre foyer. Tapis, Bouddha, bougie, à moindre coût tout est possible.
  2. Asseyez vous, en tailleur ou sur une chaise si vous ne pouvez autrement.
  3. Préférez le silence ou au pire une musique douce, zen, sans paroles.
  4. Fermez les yeux et observez votre respiration.
  5. Respirez maintenant par le nez seulement, suivant le cycle suivant: 4 inspires puis 8 expires.
  6. Méditez suivant cette séquence durant 10, voire idéalement 20 minutes tous les jours.

Si une pensée apparait (surtout obsessionnelle), ne lui accordez aucune importance et réorienté votre attention sur le souffle.

Au fur et à mesure de la pratique, vous aurez toujours plus de faciliter à « ne penser à rien » ou seulement à la respiration. Bien entendu, la pratique du Yoga en général est recommandée (surtout le yoga kundalini) pour sortir de la dépression. Méditer seul chez soi sans support pouvant être difficile lorsque la dépression nous prend.

Bonne Pratique !

Cédric

elit. risus. efficitur. Donec ultricies ipsum